• Bol de riz

    Pour participer de manière solidaire au Carême, la paroisse a proposé une soirée "bol de riz" équitable, à l'école. A cette occasion nous avons pu entendre un témoin de la déforestation au Brésil accueilli par le CCFD : le responsable de la Commission Pastorale de la Terre, Cosme Capistano Da Silva, qui lutte pour l'accès à la terre et la protection des ressources naturelles.    CCFD.jpg

    Cosme était invité à témoigner de son travail au Brésil dans l'état de l'Acre et plus particulièrement dans la zone de la Bocca do Acre, à la frontière avec la Bolivie. Ses actions se situent dans le cadre de la Commission Pastorale de la Terre pour soutenir les petits paysans dans leurs démarches d'accès à la terre. De nombreuses terres publiques du bassin amazonien sont convoitées par de grands propriétaires ou des multinationales qui tentent de chasser les petits cultivateurs avec la complicité des autorités. Leurs buts : exploiter et vendre le bois principalement en Europe, sous fausse appellation écologique.

    En plus de l'appropriation illégale des terres (avec faux-vrais papiers vieillis), l'exploitation provoque des difficultés d'accès à l'eau pour les habitants : pour faciliter le transports du bois coupé, les exploitants n'hésitent pas à couper les rivières par la construction de routes d'accès. L'eau devient alors couleur de la terre et stagne.

    On comprend alors que la Commission Pastorale de la Terre, qui lutte contre tout cela, dérange... Pour preuve, elle a été victime d'un saccage de locaux, et Cosme a reçu des menaces de mort. Mais cet homme, qui s'est exprimé en portugais durant son intervention, est tenace. Il nous dit "L'espérance, c'est toujours la dernière qui meurt." 

    « Les centrales nucléairesAménager la cour »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :