• Les CE1 se sont lancés dans une enquête historique auprès de leurs grands-parents. Nos activités quotidiennes et les objets qui nous entourent n'ont pas toujours été tels qu'ils le sont aujourd'hui.
    Il n'y a pas si longtemps, on ne faisait pas les choses de la même façon, et on utilisait beaucoup moins d'énergie que de nos jours...

    Quelques questions possibles :
    - Comment vivait-on avant 1950?
    - Avez-vous une chouette idée que nous pourrions appliquer tous les jours pour consommer moins d'énergie?

    Réponses de Catherine par Ludovic

    Il n'y avait pas de voiture pour aller à l'école et on se déplaçait à pied.

    Nous avions une cuisinière à charbon et aucun appareil électroménager. Nous faisions les courses chez l'épicier du coin. Les aliments étaient emballés dans du papier journal.

    La maison était chauffée au charbon.

    - Ne pas laisser les lumières allumées.

    Réponses de Liliane (Belgique) par Bavo

    On se déplaçait à pied ou en vélo. La plupart des gens n'avaient pas de voiture.

    La cuisinière était au gaz et il n'y avait pas d'appareil électroménager. On allait faire nos courses à vélo dans un petit magasin ou à la ferme et nous avions un potager. Les aliments étaient emballés dans des cartons.

    La maison était chauffée au charbon ou au bois. On avait un chauffage central mais pas tout le monde.

    Notre époque est beaucoup plus confortable, mais la nature était moins polluée.

    - Consommer moins d'eau chaude. Eteindre la lumière.

    Enquête de Simon.

    La cuisinière était à bois ou au charbon.

    Nous faisions les courses chez le boulanger, le boucher, l'épicier, pas besoin de voiture! On transportait  les courses dans un panier.

    La maison était chauffée au bois. Ce n'était pas plus confortable mais on peut regretter la simplicité de l'époque.

    - Utiliser les thermostats pour contrôler la chaleur (moins fort la nuit)

    Interview de papi Khanh qui vivait à Saigon (Vietnam) par Gaston-Pierre

    Je me déplaçais à pied et à partir de 14 ans en vélo. Nous avions une seule voiture, une Citroën. On cuisinait avec un fourneau à bois ou à charbon. Nous n'avions pas d'appareil électroménager.

    On faisait nos courses au marché, à pied, avec un panier en osier. Les aliments étaient emballés dans des feuilles de bananiers.

    Il n'y avait pas besoin de chauffage car le Vietnam est un pays chaud. Si besoin, il y avait le fourneau.

    Notre époque est plus confortable mais je regrette une vie plus libre et plus naturelle.

    - Limiter le déplacement au maximum avec la voiture. Utiliser le vélo et les jambes et les pieds! Isoler correctement la maison…

    Réponses de mamie Michelle par Marina

    On se déplaçait à pied, il n'y avait pas de voiture dans la famille. On cuisinait avec un poêle à bois comme pour chauffer la maison.

    On allait à pied faire les courses à l'épicerie de la commune. Notre époque est plus confortable et je ne regrette rien.

    - Utiliser des ampoules économiques. Eteindre les pièces inoccupées.

    Réponses de Paulette à Fabrice

    Nous nous déplacions en vélo ou cyclomoteur.

    Il y avait une cuisinière à bois mais pas de micro-onde!

    Nous faisions les courses à l'épicerie du village avec un panier. Les aliments étaient emballés dans du papier.

    La maison était chauffée grâce à la cuisinière à bois. Il n'y avait pas de chauffage central. Notre époque est plus confortable

    Enquête de Joseph avec la participation de Raymonde

    On se déplaçait à pied, en groupe, avec les voisins. On utilisait aussi le car. Nous avions une voiture mais pas dans toutes les familles.

    Pour cuisiner on utilisait une cuisinière à bois ou à charbon.

    En campagne, il y avait des épiciers qui passaient en camion. On transportait les courses, souvent à pied, avec peu d'emballage.

    Le chauffage était au bois ou au charbon. Une seule pièce était chauffée. Oui, notre époque est plus confortable!

    Aujourd'hui, il y a beaucoup de gaspillage. Les gens se rencontrent moins. Ils sont moins solidaires

    - Utiliser moins de chauffage.

    Eviter de laisser les appareils électriques en veille.

    Questionnaire de Nikita auprès de Marius et Gaby

    On se déplaçait à pied ou à vélo. Il n'y avait qu'une seule voiture par famille.

    On cuisinait avec une cuisinière à bois ; il n'y avait pas d'appareil électroménager.

    Nous faisions les courses dans les petits commerces, nous n'avions pas besoin d'une voiture. On transportait les courses dans un panier ou dans des sacs en papier.

    La maison  était chauffée avec du bois ou du charbon.

    Notre époque est plus confortable mais les gens étaient plus proches les uns des autres.

    Réponses de Annie par Anaïs.

    Pour aller à l'école, on marchait à pied ; pour le travail et les loisirs, on se déplaçait aussi à pied, un peu à vélo, quelques fois en voiture (très peu de famille en avait une)

    Enquête de Guillaume

    On se déplaçait à pied, il y avait très peu de voitures.

    On cuisinait avec une cuisinière à bois. On faisait les courses dans une petite épicerie.

    Je regrette les veillées entre voisins.

    - Eteindre les lumières, la télévision.

    Enquête de Jonathan

    On allait à l'école à pied. La cuisinière était à bois.

    Pour les courses, un camion magasin passait. Les aliments étaient emballés dans des boîtes en fer ou en carton.

    Notre époque est plus confortable.

    - Prendre une douche plutôt qu'un bain.


     La suite : une expo dans la classe !


    votre commentaire
  • Sur le site de la fondation de Nicolas Hulot, chaque CE1 a choisi les éco-gestes qu'il voulait faire 

    VOS ENGAGEMENTS :

    Quand je quitte une pièce, j’éteins la lumière et les appareils électriques, sans les laisser en position veille

        > Vous êtes 10 élèves à vous être engagés sur ce geste

     Je décide de prendre une douche rapide pour ma toilette

        > Vous êtes 7 élèves à vous être engagés sur ce geste

     J’économise le papier en utilisant mes feuilles des deux cotés

        > Vous êtes 9 élèves à vous être engagés sur ce geste

     Je gaspille moins d'emballage

        > Vous êtes 6 élèves à vous être engagés sur ce geste

     Pour mes petits trajets, je choisis le vélo ou la marche, le bus ou le métro

        > Vous êtes 6 élèves à vous être engagés sur ce geste

    Encore une fois, MERCI ET BRAVO A TOUS pour votre engagement dans le Défi pour la Terre.
    Nous vous incitons à poursuivre dans cette voie et à faire connaître votre démarche dans votre famille et auprès de vos camarades. FAISONS VITE, CHAQUE GESTE COMPTE !


    Le saviez-vous ? Pourquoi laisser allumée une pièce vide ? Voilà encore un gaspillage d'énergie qui peut être évité facilement : n'oublions pas que 3 ampoules de 75 W qui restent allumées une soirée consomment autant qu'une lessive à 60°C.


    votre commentaire
  • Rencontre et compte-rendu pour le livre Chaud le frigo
      préparés et réalisés par l'ensemble de la classe de CE.

    Il n'y a pas à Massiac de personnes en lien avec Emmaüs mais le Secours Catholique est présent. Une équipe de bénévoles s'organise pour répondre au mieux aux besoins de ceux qui sont en difficulté.

    Christiane B. qui s'en occupe, nous a fait visiter la halte de nuit derrière l'école après nous avoir présenté les activités de l'association.

    Depuis qu'elle est bénévole, elle a appris à plus écouter, à être patiente et à oser voir les gens.  

     

    Le Secours Catholique à Massiac :

    FUne halte de nuit

    Accueil pour les personnes sans domicile et de passage à Massiac. En 2005, 160 personnes ont été accueillies. Chaque personne reçoit un bon alimentaire.

    FDes jardins

    Pour leurs besoins personnels, quatre familles cultivent un potager sur un terrain prêté et mis à la disposition du Secours Catholique.

    FUne fête lors de Sainte Madeleine

    En juillet, à Chalet, a lieu  une messe suivie d'un apéritif dînatoire organisé et offert par l'équipe locale.

    FUne Famille d'accueil

    Sur notre secteur une famille accueille un enfant depuis 2 ans.

    FDes visites aux personnes âgées et aux malades

    que ce soit à domicile ou dans les maisons de retraite

    FUn goûter de Noël

    C'est un après-midi festif qui rassemble personnes âgées, jeunes et enfants et se termine par un goûter offert par les bénévoles.

    FUne collecte de friandises

    Pour la joie des enfants et des personnes qui participent au goûter de Noël.

    FUn soutien aux personnes et familles en difficulté

    Colis alimentaire, vêtements, meubles, aides ponctuelles sont gérés par l'équipe de bénévoles du Secours Catholique…

    FUne aide aux devoirs

    FUne participation aux actions départementales

    - vente de bougies de Noël

    - journée collecte nationale

    - camp d'été (pour les adultes seuls)

    - Km Soleil (en 2006, 50 enfants y ont participé à La Chapelle Laurent)


    votre commentaire
  • Interview préparée pour le livre Chaud le frigo de Vincent Cuvellier
    par Pauline, Christophe, Marina, Florentin, Guillaume, Gaston
    aux trois journalistes de France 2 : un caméraman, un journaliste rédacteur, un ingénieur du son.

     

     

    -         Comment faites-vous pour mettre ce que vous avez filmé à la télévision?

    -         Ce que l'on filme est enregistré sur une cassette que nous apportons à Paris aux studios de France 2. Nous choisissons les images et les paroles à garder. Elles sont reçues puis retransmises par satellites et captées par les relais télé avant d'arriver aux antennes de vos maisons.

    -         Comment choisissez-vous les séquences qui vont rester au montage?

    -         On choisit en équipe de garder les images et le son qui nous paraissent les plus importants pour le sujet. Il faut entendre parler les gens au maximum et le journaliste au minimum.

    -         Est-ce que votre métier vous plait?

    -         Oui, notre métier nous plait, on peut voyager et rencontrer des gens très différents. Il nous permet de comprendre comment fonctionne la société. Le soir, on lit les journaux, on écoute la radio. Ce qui est important, quelque soit la profession, c'est que le métier que l'on choisit nous plaise.

    -         Quel est votre reportage préféré?

    -         On garde de bons souvenirs de beaucoup de reportages. (Le journaliste rédacteur se souvient en particulier d'une petite fille malade qui se battait pour vivre.)

    -         Qu'est-ce que vous pensez de la télévision vue par le livre (Chaud le frigo)?

    -         C'est vrai que la radio peut-être jalouse de la télévision à cause des images dont on se souvient toujours plus. Un reportage sur un événement dramatique, sans jouer sur le scandale et l'émotion, peut avoir une utilité comme par exemple relayer un appel aux dons.
      Merci à Daniel Renaudot, Frédéric Monteil et Daniel Levy  d'avoir pris du temps pour nous.


    votre commentaire
  • Recherches pour le livre Chaud le frigo de Vincent Cuvellier
    par Emma, Joséphine, Ludovic, Marion, Simon, Thomas. (Document Le petit livre vert pour la terre)

     
    Les appareils électroménagers et les ampoules électriques sont notés de A (économique) à E (gaspilleur) sur une étiquette énergie.

    Un appareil de classe A consomme jusqu'à 3 fois moins d'électricité qu'un appareil de classe C. 
    -
     
    CE : Pourquoi il n'y a pas que des appareils A ?

    -          TV15 : Certains appareils, comme les réfrigérateurs américains qui fabriquent de la glace, consomment trop d'énergie pour être classés A

     

    Un éco-geste : Je tiens compte des étiquettes énergie!


    votre commentaire
  • Enquête pour le livre Chaud le frigo de Vincent Cuvellier
    à TV15 (Massiac) par Alexane, Anaïs, Jeanne, Joseph, Nikita, Samantha

     

      Sur la photo : les élèves, J. Bonnafoux, l'équipe de France 2 à Massiac

     

    -         Qu'est-ce que c'est le fréon?

    -         C'est un gaz qui permet de refroidir le réfrigérateur mais on s'est rendu compte qu'il participait au trou dans la couche d'ozone (gaz qui entoure la Terre). On a donc changé de produit dans les nouveaux appareils.

    -         Comment les gens choisissent-ils leur réfrigérateur à l'achat?

    -         Les gens regardent le prix du réfrigérateur, ses fonctions (avec congélateur ou non), la place qu'il prend et aussi la consommation d'énergie qui est indiquée sur l'affiche.

    Merci à Jacques Bonnafoux pour son accueil dans le magasin


    votre commentaire
  • Recherches pour le livre Chaud de Frigo de Vincent Cuvellier 
    par Bavo, Benoit, Fabrice, Jonathan, Valérie (document : L'énergie - Agir pour ma planète – Milan)

     

    Chacun de tes achats a un impact sur la planète. En moyenne ¼ de la nourriture achetée est jetée à la poubelle. Quel gâchis!

    Avec la même somme d'argent "achète moins pour acheter mieux".

    Et si l'on achète moins, il y a moins de marchandises à fabriquer et à transporter, donc moins d'énergie à consommer!

     

    Un éco-geste : j'évite le gaspillage de la nourriture!


    votre commentaire

  • Chapitre 1 et 2

    Parmi les appareils électroménagers, Diego le frigo sent que quelque chose ne va pas dans la façon de vivre de la famille où il est. Le four ne pense qu'à s'engraisser, la télé se rend intéressante en  donnant de  mauvaises nouvelles pleines d'images et de sujets choquants, et lui se remplit de nourriture en trop grande quantité. Beaucoup d'aliments finissent à la poubelle. Au comble de son désespoir, il apprend que le fréon, le gaz des réfrigérateurs, pollue la planète!

      

    Les sujets abordés :

    1/ la (sur)consommation

    2/ la pollution par le fréon

    3/ Les dépenses d'énergie des appareils ménagers

    4/ La télévision


      Chapitres suivants :

    Après mûre réflexion, Diego le frigo décide de s'arrêter de fonctionner. Il se retrouve alors dans un dépôt d'Emmaüs où une nouvelle vie commence pour lui. 

    Thème principal la pauvreté

     

    En décembre, nous avons pris contact avec Vincent Cuvellier par internet. Il nous a très gentillement répondu en nous expliquant comment il avait eu l'idée de ce livre : un témoignage très intéressant !. Merci à lui !
    Les CE


    votre commentaire
  • L'éco-parlement des jeunes rassemble 3600 adolescents très motivés dans leur désir de préserver la planète. Par groupe, les jeunes se sont chargé d'écrire 7 lettres : aux journalistes, aux chercheurs, aux producteurs, aux ONG... Un groupe d'élèves s'est chargé d'écrire une lettre aux éducateurs : "Notre planète mérite mieux" puisque ce que nous apprenons à l'école a une influence sur ce que nous ferons plus tard dans la vie.

    Les lettres ont été remises officiellement le 19 octobre 2006

    La lettre ouverte aux éducateurs 

    votre commentaire