• Une belle rencontre

    C'était une après-midi extraordinaire plein de sourires et de douleur pudique. Six voyageurs aux parcours difficiles depuis l’Afghanistan ou le Soudan sont venus à notre rencontre. Ils ont parcouru de multiples pays inconnus à pieds, en train, en voiture, et en embarcation flottante. Ils ont fui l’enrôlement taliban, la mort ou la guerre civile, laissant derrière eux leurs parents, leurs frères et sœurs, leurs jeunes enfants parfois, leurs métiers... Mojtaba, Hussein, Shah-agha, Abdelaziz, Fazal et Salel nous ont parlé avec enthousiasme de leur travail à la ferme (traite à la main), de leurs métiers de chauffeur de voitures, de prof de maths et physique ou de pharmacien, autant de métiers que les enfants connaissent bien aussi ici. Ils nous ont aussi parlé de l'école, interdite...

    Sur leurs téléphones, les enfants ont vu photos et films de leurs proches ou d'une soupe traditionnelle bien verte ! Beaucoup de questions ont été posées sans tabou. Certains espèrent un retour à la paix dans leur pays qui leur permettra d'y retourner, mais d'autres ont un espoir silencieux... Actuellement, ils apprennent le français et progressent avec une grande curiosité.

    Nous avions décoré la salle d'une phrase de Gandhi écrite en toutes les langues collectées depuis une semaine "Be the change you wish to the world". Ils ont complété notre collection* de nouvelles écritures marquées de droite à gauche. 

    Tandis que les CE leur ont offert du pain réalisé en classe le matin, symbole culinaire très français, les CM avaient préparé des crêpes à partager, référence chrétienne de la chandeleur. Les échanges se sont conclus par une joyeuse partie de foot improvisée, aux règles connues de tous.

    Un grand merci pour cette rencontre possible grâce aux bénévoles Christine, Yves et Paule.

    Pour continuer de mieux comprendre les difficultés de notre monde, les élèves lisent maintenant l'histoire de Malala, jeune pakistanaise prix Nobel de la Paix (Image Doc 12/16), les trois étoiles (J'aime Lire 12/16)

    *32 traductions au total. Merci à tous ceux qui ont participé à cette collecte qui montre que les habitants de la terre sont plus proches qu'on pourrait l'imaginer, puisque chaque traduction a demandé 2 contacts maximum ! Toutes les traductions sont là : 

    « Des défis à relever !Une journée au Mexique »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 10 Février à 13:57

    C'est vraiment une très belle initiative. Bravo !

    2
    G GIRON
    Vendredi 10 Février à 21:22

    Un immense merci à toute l'équipe de Massiac pour cette belle initiative qui concrétise sa volonté de faire vivre et se construire concrètement la fraternité.

    Félicitation !

    3
    Mitch
    Samedi 11 Février à 20:24

    félicitations à chacune et chacun! Le monde se construit dans la rencontre; "Plus on connait, plus on aime", écrivit Saint Augustin, qui vécut en Afrique du Nord au IVe siècle. Un défi à relever chaque jour, et que vous relevez si bien, à votre manière! A chacun de s'y engager à son tour, avec d'autres!

    4
    Mam
    Lundi 13 Février à 15:17

    Une belle façon d'apprendre la fraternité et la tolérance aux enfants, au moyen de rencontres concrètes.

    5
    Bleuette
    Dimanche 19 Février à 09:45

    Merci pour ce témoignage sincère et tellement porteur d'Espoir!
    En écho, quelques lignes du Poète Patrick CHAMOISEAU, qui hurlent le crime de l'indifférence et le pouvoir absolu de l'enfance (Frères Migrants -Déclaration des Poètes): à lire, à faire lire, à semer...

    ...

    Les poètes déclarent que le racisme, la xénophobie, l’indifférence à l’Autre qui vient qui passe qui souffre et qui appelle sont des indécences qui dans l’histoire des hommes n’ont ouvert la voie qu’aux exterminations, et donc que ne pas accueillir, même pour de bonnes raisons, celui qui vient qui passe qui souffre et qui appelle est un acte criminel.

    ...

    Les poètes déclarent que, quelles que soient les circonstances, un enfant ne saurait naître en dehors de l’enfance ; que l’enfance est le sel de la terre, le sol de notre sol, le sang de tous les sangs, que l’enfance est donc partout chez elle, comme la respiration du vent, le salubre de l’orage, le fécond de la foudre, prioritaire en tout, plénière d’emblée et citoyenne d’office.

    ...

    Merci absolu!

    6
    Mercredi 8 Mars à 20:54

    Un beau moment d’accueil, de partage et d'éducation.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :